Salvador de Bahia, sa musique, son carnaval, sa nourriture

L'Elevador Lacerda, ascenseur de Salvador de Bahia qui relie la ville haute, le Pelourinho, et la ville basse

L'Elevador Lacerda, ascenseur de Salvador de Bahia qui relie la ville haute, le Pelourinho, et la ville basse

Les touristes débarquant depuis la mer ou depuis l’aéroport, à Salvador de Bahia, seront impressionnés par une ville qui fut la première capitale historique du Brésil et qui présente, comparée aux autres villes du pays, un profil à nul autre pareil pour la raison suivante : Salvador est la ville qui compte le plus de Noirs originaires d’Afrique et qui, par conséquent, est la plus afro-brésilienne dans sa mentalité et dans la vie de tous les jours de ses habitants. On le reconnaît à plusieurs choses : sa musique, son carnaval, sa nourriture et la religion de certains de ses pratiquants.

Le carnaval de Salvador de Bahia

Les touristes visitant  Salvador de Bahia ont tout intérêt à le faire durant la période du carnaval qui est l’un des plus importants du monde avec celui de Rio. Ils découvriront alors la liesse qui anime le centre ville et le bord de la mer durant une semaine avec sa foule bigarrée chantant et dansant au son des musiques produites par les groupes et les chanteurs qui se produisent, à cette occasion, depuis la plateforme supérieure des gros camions qui traversent la ville accompagnés de toute une foule qui a payé, et parfois très cher, pour défiler avec le groupe, tous portant à cette occasion  un tee-shirt imprimé au logo du groupe installé sur le camion.

Salvador de Bahia, son quartier historique

Et durant cette semaine-là, les touristes peuvent également découvrir le quartier historique de  Salvador de Bahia (appelé Pelourinho) situé non loin de la mer et auquel on peut accéder grâce à un ascenseur publique reliant le quartier du port et des commerces situés le long de la mer, à la vieille ville historique située au-dessus de la falaise qui, à cet endroit de Salvador, surplombe le rivage de la mer.

Où manger à  Salvador de Bahia

Ils peuvent aussi se restaurer dans la rue ou dans les nombreux bars, lanchonettes et autres restaurants de la ville en mangeant une nourriture faite de poissons et autres mets délicieux à la saveur africaine, asiatique et/ou européenne. Les spécialités telles que les acarajés (qui  sont des sortes de beignets à la saveur délicieuse) sont d’ailleurs servi directement dans la rue  par des femmes très belles et  habillées du traditionnel costume bahianais et qui  ne cessent d’afficher leur charmant  sourire au moment de préparer pour vous leurs mets délicats.

La capoera, une danse héritée des esclaves

Ils peuvent aussi assister, dans la rue, à des démonstrations de capoera qui est la danse pratiquée d’une manière très athlétique et sur la base d’une tradition héritée de leurs ancêtres à l’époque esclaves par les jeunes Afro-Brésiliens d’aujourd’hui.

Ils peuvent enfin découvrir la religion du candomblé qui est typique de Salvador de Bahia et qui est un mélange de rites païens venu d’Afrique et de rites chrétiens.

Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.

Comments are closed.