Bordeaux, ville d’art et d’histoire au patrimoine mondial de l’UNESCO

Palais Rohan - Bordeaux ©-Anibal-Trejo-Fotolia.com

Palais Rohan – Bordeaux ©-Anibal-Trejo-Fotolia.com

Bordeaux est une ville d’art et d’histoire inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. On y réalise des visites insolites et gourmandes. Découverte…

L’inscription de Bordeaux au patrimoine mondial de l’UNESCO souligne ô combien la ville est exemplaire par son unité urbanistique et architecturale.

Le résultat d’un vaste chantier…

Cette distinction est le fruit d’un travail urbain lancé en 1996 par son maire, Alain Juppé, qui a consisté en un profond ravalement des façades, en l’aménagement des quais en bord de Garonne, par la mise en service d’un tramway et la mise en valeur du patrimoine local.

Aujourd’hui grâce aux comparateurs de voyage on peux trouver facilement un vol Paris Bordeaux au meilleur prix, et les visiteurs viennent nombreux visiter quelques-uns des 350 édifices classés ou inscrits aux Monuments Historiques, dont trois édifices religieux inscrits au Patrimoine Mondial depuis 1998 au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.

L’Unesco a distingué Bordeaux sur un vaste périmètre (1810 hectares) qui correspond à l’intérieur des boulevards jusqu’à la Garonne. Cela représente la moitié de la superficie de la ville.

Parmi les endroits qui attirent les visiteurs, il y a le Palais Rohan  qui marqua la modernisation de la ville au 18e siècle suivi du quartier des Grand Hommes, situé près du Grand Théâtre de Victor Louis et des Allées de Tourny.

Le Grand Théâtre de Bordeaux, le Palais Rohan…

A la fin du 18e siècle, Bordeaux était florissante grâce au dynamisme de son activité commerciale.  Le Duc de Richelieu  édifia une salle de spectacle. La construction du Grand Théâtre de style néo-classique permit d’accueillir plus de 1000 personnes. Le bâtiment figure parmi les plus beaux fleurons de l’architecture du 18e. Il présente des spectacles d’art lyrique, des ballets et des concerts.

Initié par les prélats, le Palais Rohan fait partie des demeures et palais, qui ont transformés les nouveaux quartiers et la physionomie de la ville.

En 1771, l’archevêque de Bordeaux, Ferdinand-Maximilien Mériadec de Rohan a entreprit la reconstruction du vieil archevêché. Achevé vers 1784, le palais comporte des colonnes, un mur au décor d’arcatures.

Sur les deux côtés de la cour, les bâtiments bas sont reliés au corps de logis par une colonnade. Dans le fond, une façade et un avant-corps central s’imposent.

Malgré de nombreuses modifications, l’intérieur du palais a conservé son grand escalier d’honneur dessiné par Bonfin, une suite de salons avec boiseries de tilleul et une salle à manger décorée de figures en trompe-l’œil par Lacour et Beringazo.

Cela est complété par deux décors : l’un pompéien, l’autre dans le style Renaissance antiquisante. Tout cela incarne le raffinement des intérieurs bordelais de cette époque.

Responses are currently closed, but you can trackback from your own site.

Comments are closed.